Lire ou ne pas lire. Telle est la question. Un roman ? Une nouvelle ? Quelle histoire sera votre prochaine aventure ? Suivez nos auteurs sur le chemin de l’imaginaire... Qui sont-ils ? Quels sont leurs environnements de travail ? Où puisent-ils leur inspiration ? Comment inventent-ils leurs personnages ? Poursuivez votre lecture...

mardi 22 décembre 2015

Monia Proulx auteure

Je vous remercie pour cette belle initiative. Pour les nouveaux auteurs, ce n’est pas facile d’avoir de la visibilité dans ce milieu et votre blogue est une merveilleuse idée, et une belle générosité de votre part.
Merci…
================
monia-proulx
Vos éditeurs : Les Éditions Véritas Québec
Compte facebook : Monia Proulx Auteur ou le lien suivant : https://www.facebook.com/Monia-Proulx-403469639849429/?fref=ts
J’ai aussi un courriel ou les gens peuvent m’écrire : moniaproulx.auteure@yahoo.com
Où vos romans sont-ils vendus : Dans toutes les librairies et il est aussi disponible en version numérique.
Qui êtes-vous, en quelques lignes ?
Oufff ! Je crois que je suis quelqu’un de simple qui aime la vie, les gens… Un rien m’émerveille. Je suis une passionnée, une rêveuse, une grande romantique. Même si je suis de nature plutôt enjouée, j’ai un petit côté zen, j’ai donc besoin de mes moments de solitude, de calme. J’adore la nature, le yoga, la simplicité !!!
D’où vous est venue l’envie d’écrire ?
J’ai toujours eu un côté artistique très développé et beaucoup, beaucoup d’imagination. Mais, je manquais peut-être un peu de confiance et d’assurance pour mettre sur papiers mes idées et en faire un roman ou même, une occupation sérieuse. Un soir d’automne, jetais assise dans mon salon à côté de mon grand garçon et, sans vraiment avoir de but précis, je me suis mise à griffonner sur papier des descriptions et des noms de personnage. Bien attendu, mon fils m’a inspiré le nom de mon personnage principal. Les jours suivants j’ai commencé à écrire, mais vraiment juste pour le plaisir d’écrire. Étrangement, je me suis attaché à mes personnages, ils sont devenus en quelque sorte des amis, que j’avais envie de retrouver chaque jour pour partager leur vie en créant leur histoire. Aujourd’hui, l’écriture fait partie de moi, de mes journées… Je ne peux simplement plus m’en passer !
Quel a été votre parcours ?
En fait, je suis originaire de la Rive-Sud de Montréal. J’ai vécu quelques années en Ontario avant de revenir par ici. Plus jeune, j’ai participé à plusieurs projets artistiques. J’ai toujours beaucoup aimé les arts. J’ai commencé des études dans le domaine juridique avant de me rendre compte que ce n’était pas du tout pour moi. J’ai fait ensuite des études en multimédia et une fois diplômé, j’ai travaillé comme graphiste pendant plus de 10 ans. En 2010, mon parcours de vie m’a amené à prendre une pause professionnelle et quelques mois plus tard je me suis lancé dans l’écriture de mon premier roman.
Où puisez-vous votre inspiration ?
De tous, de partout… Autant des gens que je côtoie régulièrement que de simples inconnus que je croise dans la rue. D’une chanson, d’une ambiance, d’un évènement, tout est élément d’inspiration.
Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire.
Le silence complet, ou simplement le bruit apaisant de la nature. Habituellement, je m’installe le matin vers 10 h. Je peux écrire quelques heures ou une bonne partie de la journée et quelques fois durant mes nombreuses périodes d’insomnie. Mais, je dois quand même m’ajuster à l’horaire de la famille.
Quels auteurs vous ont le plus influencé ?
Nicolas Spark, Marie Laberge, Guillaume Musso, Marc Levy. Un peu de tout…
Quels livres vous ont le plus marqué ?
Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert, c’est ma bible. Je l’ai lu plusieurs fois.... J’ai beaucoup aimé Anges et Démons ainsi que Da Vinci Code de Dan Brown.
Avez-vous encore le temps de lire ?
Oui, tous les soirs avant de dormir.
Quel est le livre que vous lisez en ce moment ?
Mes Alliances d’Elizabeth Gilbert.
Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ?
Quand le texte est parsemé de fleurs, de couleurs. Quand les émotions son véhiculés avec une touche d’élégance, une certaine finesse.
Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ?
Oui. J’étais extrêmement nerveuse. Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. J’avais une certaine crainte par manque de confiance en mon potentiel, je crois. C’était un peu irréaliste d’imaginer que mon roman puisse être publié. Je me suis lancé dans l’écriture par plaisir, sans vraiment imaginer le reste. Mais, mon éditrice, Marie Brassard des Éditions Véritas Québec a su me mettre en confiance en valorisant mon projet. Ce fut une rencontre enrichissante. Je lui en serai toujours reconnaissante d’avoir cru en moi.
Pour le plaisir…
Quels sont vos rituels d’écriture ?
Je n’ai pas vraiment de rituel, je m’installe devant mon clavier et quand l’inspiration est là j’écris. Mais j’avoue que je dois être dans un état d’esprit calme et reposé.
Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ?
Entendre mes enfants crier mamannn !!!
Avez-vous un projet de roman en cours ?
Oui, j’écris en ce moment mon deuxième roman tout en accumulant des éléments pour mon troisième roman qui comptera certainement plusieurs tomes. J’ai tellement d’idées qui se bousculent dans ma tête… Il suffit de mettre le tout sur papier… Ça, c’est un long processus !
Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ?
Ma famille, mes amies.
Une citation qui vous a marquée ?
« Créer, c’est vivre deux fois » d’Albert Camus
Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ?
Oui, quelques lecteurs m’ont affirmé avoir lu mon roman d’un trait, sans le lâcher. D’autres ont comparé mon écriture à certains grands auteurs, et certains ont même versé quelques larmes tellement ils étaient captivés et bouleversés par l’histoire. C’est très flatteur de recevoir d’aussi beaux commentaires. Je suis à chaque fois surprise et touchée. C’est au-delà de mes attentes.
Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?
De ne jamais lâcher, même si les critiques sont mauvaises, même si vous faites face à certains refus. De grands romanciers ont vu leur projet rejeter à plusieurs reprises. Il faut sans cesse persévérer, il y a toujours place pour de nouveaux auteurs.
monia-proulx