Lire ou ne pas lire. Telle est la question. Un roman ? Une nouvelle ? Quelle histoire sera votre prochaine aventure ? Suivez nos auteurs sur le chemin de l’imaginaire... Qui sont-ils ? Quels sont leurs environnements de travail ? Où puisent-ils leur inspiration ? Comment inventent-ils leurs personnages ? Poursuivez votre lecture...

samedi 14 janvier 2017

Ricky Girard - Auteur



Ricky Girard est un jeune auteur de la Côte-de-Beaupré qui a écrit et publié deux livres. Un troisième livre est censé paraître ce printemps 2016.



Vos éditeurs: Première Chance, Bouquinbec, Lulu.com, revue Virages, revue Le Passeur




Où vos romans sont-ils vendus? 
En librairie québécoise sur demande, sur le site web des Éditions Première Chance ou Bouquinbec sous mon nom, sur la boutique en ligne de Lulu.com sous mon nom

Qui êtes-vous, en quelques lignes?
Je suis un auteur indépendant qui aborde des sujets parfois très tabous mais de façon à faire réfléchir concernant la pauvreté, le crime ou l'amour...Je suis un ancien juré pour le Prix Littéraire des Collégiens au Québec. Je suis présentement employé réceptionniste d'un hôtel et un passionné de musique. J'adore tout ce qui est livre, que ce soit documentaires, romans ou biographies. Je suis toujours passionné dans ce que je fais. Il suffit de lire un de mes livres pour se convaincre de mon style unique.

D'où vous est venue votre envie d'écrire? 
J'écris tout d'abord pour faire ressortir l'animal ou le monstre qui sommeillent en moi. C'est pourquoi mes livres vont parfois choquer. Mes intrigues sont captivantes et le flot de mes mots inclassable. J'écris pour dénoncer, pour faire agir, pour parler de moi mais pour les lecteurs!

Quel a été votre parcours? 
Peu instruit en ce qui concerne le marketing, j'ai poursuivi des études techniques en comptabilité au Cégep où j'ai pu faire la connaissance de gens extraordinaires. Mes projets parascolaires au Cégep tournaient davantage autour de la littérature: cercles d'écriture, débats du Prix Littéraire des Collégiens, concours de poésie... J'ai toujours aimé écrire depuis l'âge de 10 ans, mais mon premier professeur de littérature au Cégep Limoilou m'a ouvert l'esprit et j'ai tout de suite compris que j'aimais un concept que je ne connaissais pas de prime abord, soit la littérature dans son ensemble. Puis s'est ensuivi mon premier roman intitulé Heydro! sur fond de trame bizarroïde qui anime un personnage violent mais loufoque. Ensuite, j'ai bifurqué vers la littérature imaginaire avant de comprendre, enfin, que mon écriture pouvait dénoncer beaucoup d'injustices. C'est ce chemin que je tente de suivre.

Quels sont vos romans disponibles en librairie? 
Mes romans sont disponibles en librairie mais seulement sur demande. Si vous vous présentez au comptoir d'information d'une librairie et que vous demandez un de mes titres disponibles (Heydro!, De la réalité jusqu'à l'étrangeté et à la terreur, Tous ces cris à l'Univers qui reviennent au point de départ, Et si le temps s'arrêtait (titre)), vous serez informé que votre commande sera disponible pour vous à la librairie d'ici un court délai et vous pourrez ensuite mettre la main sur un de mes livres.

Lequel avez-vous préféré écrire et pourquoi? 
Définitivement, j'ai adoré écrire Bien pensant, disponible sur Lulu.com, parce qu'il s'agissait pour moi de montrer le monde que je perçois tel qu'il est. Bien que ce ne soit pas un roman en continu mais un recueil de textes, les histoires que j'y raconte montrent ma personnalité et le flot de mots dont je vous ai parlé. J'ai aussi aimé écrire ce roman intemporel qui voyage dans le temps et qui s'intitule Et si le temps s'arrêtait.

Où puisez-vous votre inspiration? 
De l'intérieur! Quand j'écris, c'est mon coeur et ma tête qui parlent, c'est mon amour des mots qui pianote sur le clavier. Mes écrits viennent de mes yeux et je vois exactement dans le monde qui m'entoure ce qui peut me nourrir l'esprit et cultiver un texte littéraire. Lorsque j'écris, c'est presque un instinct et mon écriture est "semi-automatique". J'écris presque en improvisant et par la suite je me révise ardemment!

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire. 
J'écris dans l'ordre qui me convient le mieux, par la suite je mets de l'ordre dans mes écrits. C'est aussi simple que cela. Je peux commencer une histoire par la fin et ensuite écrire une péripétie puis une autre, puis j'assemble le tout comme si je faisais un casse-tête. Mon horaire d'écriture n'a rien de fixe. En effet, l'inspiration et la créativité me frappent à des moments toujours variables. J'ai déjà écrit la nuit, le matin, le soir...selon les meilleures idées qui me passaient à l'esprit avant de structurer mes écrits. J'écris dans ma chambre à coucher, avec un vieil ordinateur portable, la porte verrouillée ou entrouverte pour ne pas me laisser distraire mais avec souvent de la musique puissante sur les oreilles afin de tenir et de rester concentré. Je détiens un cartable où j'ai transcrit toutes les phrases ou tous les bouts de phrases qui me semblaient les meilleurs et qui me venaient à l'esprit. Je les ai compilés et j'ai écrit quatre nouvelles de cette façon.

Quels auteurs vous ont le plus influencé? 
Beaucoup d'auteurs classiques m'ont influencé. Le premier auteur classique que j'ai adoré fut Jules Vernes. Ensuite, Ernest Hemingway. J'ai passé beaucoup de temps à lire les livres dits "populaires" de Patrick Senécal et plusieurs titres bizarroïdes comme les Chroniques martiennes de Ray Bradbury ou la série Reine de mémoire de Elizabeth Vonarburg. J'ai retrouvé dans leurs écrits un élément qui me captivait au plus haut point: leur singularité. Il n'y a personne d'autre qui peut écrire de l'horreur comme en écrit Senécal ou des nouvelles aussi imagées que Bradbury, ou manipuler les mots comme Vonarburg.

Quels livres vous ont le plus marqué? 
Aliss,  où Patrick Senécal nous plonge dans un univers à la fois improbable mais terrifiant. Ensuite, Sanguine de Jacques Bissonnette qui m'a fait ressortir un instinct de protection envers les personnes plus fragiles. Stephen King, et son roman Le Dôme et sa collection en général m'ont montré une plume à la fois épurée et captivante.

Avez-vous encore le temps de lire? 
Je lis par période et par habitude. Je peux lire jusqu'à quatre livres la même journée, mais si je n'ai pas envie, je ne lis pas. Je suis comme tout le monde autrement dit!

Quel est le livre que vous lisez en ce moment? 
Je lis Le Bazar des mauvais rêves de Stephen King.

Selon vous, que signifie "écriture poétique" dans un roman? 
C'est quand les mots gagnent en rythme et en sonorité et qu'ils deviennent musicaux. Une écriture poétique fait ressentir des émotions, elle ne fait pas que les décrire. Elle les dessine avec des mots!

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur?
Après avoir publié deux nouvelles dans la revue Virages et remporté un concours collégial de poésie, je suis tombé sur Sylvain Vallières. C'était un homme qui décrivait les choses telles qu'elles étaient et qui connaissait bien le monde de l'édition et les processus de sélection, ainsi que les ruses qu'emploient certains éditeurs. Il m'a bien décrit l'envergure et toutes les modalités du projet que j'allais entreprendre avec lui sans camoufler le moindre élément comme le feront certains. Il m'a laissé toute la liberté de choisir d'avancer ou non avec sa proposition d'édition. Cette rencontre fut déterminante pour moi.

Quels sont vos rituels d'écriture? 
Visualiser dans mon esprit un concept, une idée, une histoire que j'aimerais pouvoir transcrire sur papier. Je peux passer plusieurs semaines à effectuer ce rituel. Par la suite, vient l' "improvisation écrite" puis la révision ferme le bal!

Qu'est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez? 
Quelqu'un qui me parle, un téléphone qui sonne, ou n'importe quel son qui me fait sursauter.

Avez-vous un projet de roman en cours? 
Pas pour l'instant.

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication? 
Un ami de longue date que je connais depuis 10 ans, mais surtout ma famille!

Une citation qui vous a marquée? 
"Ne laisse pas les autres décider pour toi."

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part des lecteurs? 
Pour mon premier livre, Heydro! , on m'a mentionné que la première lecture était plus difficile et que c'était la deuxième lecture qui les avait captivés. Effectivement, cette courte histoire fut montée telle un casse-tête! Aussi, Tous ces cris à l'univers qui reviennent au point de départ a suscité, chez mes lecteurs, un intérêt surprenant. Un de mes lecteurs m'a dit que dans ce recueil d'histoires, je "malmène le suicide". Effectivement, c'est une formulation à laquelle je n'avais pas pensé. Un recueil aussi cru et dur produit un effet de se raccrocher à la vie? Si c'est le cas, j'aurai atteint mon objectif!


Quel serait votre mot d'encouragement pour un nouvel auteur? Il faut que tu trouves ce sur quoi tu veux écrire et la façon dont tu veux l'écrire. Au-delà des règles de grammaire et des notions apprises lors de cercles d'écriture, il faut que tu trouves ce qui te donne envie d'écrire et ce qui rend ton écriture différente, ou ce qui pourrait la rendre unique. Si tu te fais dire non, ce n'est pas nécessairement que tu n'as pas de talent. C'est la plupart du temps que l'éditeur a déjà trouvé tous ces auteurs pour son catalogue annuel ou encore que l'éditeur et toi n'avez pas d'atomes crochus.